L'Aéromodélisme pour tous

Mon compte

Magazine / Pratique

La pose du Flite Métal

flite_metallique

Reproduire fidèlement les revêtements métalliques.
Si vous aimez les beaux avions, que vous avez l’âme un tantinet maquettiste, il vous est sûrement arrivé d’admirer un aéronef au revêtement métallique sans trop savoir comment le reproduire de façon réaliste. Je me suis longtemps posé cette question. Les peintures couleur aluminium, dans ce cas précis, ont leurs limites, et le rendu n’est pas totalement satisfaisant.

 

 

 

 

 

LA MATERIAU DE BASE LE «FLITE METAL»

 

Celui-ci nous vient des USA ; c’est probablement la raison pour laquelle il est relativement méconnu chez nous. Il est disponible à la vente sur le site suivant : www.scaleaero.com

On le trouve sous forme de rouleaux en quatre dimensions (la codification est la suivante : réf. - cotes en pouces (cm entre parenthèses) = prix en USD) :

 

- FM 650 - 6‘’ x 50’ (15,24 x 1524 cm)= 65,99$materiel_pose_flite_metal

- FM 625 - 6’’ x 25’ (15,24 x 762 cm) = 36,99$

- FM 1210 - 12’’ x 10’ (30,48 x 304,8 cm) = 39,99$

- FM 125 - 12‘‘ x 5‘ (30,48 x 152,4 cm) = 21,99$

 

ailes_flite_metal

 

Le film métallique fait 0,0015’’ d’épaisseur, est préencollé et la pose s’effectue à froid. Cette fine peau métallique a une résistance mécanique non négligeable. Il participe donc à la tenue de la structure et se substitue à un autre revêtement. Ainsi donc, il est inutile de maroufler une surface en bois avant de poser le Flite Metal. Le site propose cinq packs incluant diverses quantités de rouleaux en différentes tailles. Le prix est non négligeable ; toutefois, il supporte la comparaison avec un revêtement de qualité similaire type fibre de verre + résine époxy auquel on ajoute les produits de finition et la peinture. C’est quand même un revêtement que nous qualifierons de haut de gamme… pour des sujets qui en valent la peine. Il est un peu délicat de métrer avec précision la quantité nécessaire. Pour un jet intégralement recouvert comme l’Airacomet (1,6 m de long et 2 m d’envergure), il m’a fallu un rouleau en petite largeur (réf. FM 650) et deux en grande largeur (réf. FM 125).

 

 

METHODE DE POSE 

Disons-le tout net, la pose du Flite Metal est assez longue. Elle se décompose en plusieurs étapes et il vous faudra pas mal de patience pour en venir à bout.

 

etape_pose_flite_metal
 -         Tout d’abord, il est nécessaire de tracer (excepté si elles sont existantes et conservées comme pour un fuselage) les lignes de structure au crayon. Le mieux est de se servir d’un plan 3 vues (agrandi au dixième du modèle réduit), de sorte à faciliter la prise de cotes et leur transfert.

 

-         Chaque contour de panneau est ensuite délimité avec un scotch de qualité. Celui utilise dans notre cas est un 3M «Fine Line». Il est épais pour assurer un bon guide de coupe et peut se déformer dans les parties courbes.

 

etape_pose_flite_metal_2
-         Un coupon de Flite Metal est alors préparé, dont les cotes excédent quelque peu la surface à couvrir. Plus cette surface est petite, plus l’opération est aisée. Le mieux est de commencer par ce genre de panneau, et plutôt à un endroit discret (comme l’intrados de l’aile), histoire de "sentir" le comportement du matériau.

 

-         Le film est appliqué d’une extrémité vers l’autre. Suivant la zone, il peut être préférable de dérouler le support au fur et à mesure et non pas complètement.

 

etape_pose_flite_metal_3
-         Une fois l’application terminée, le scotch posé au début sert de guide de coupe (la surépaisseur est parfaitement visible).

 

-         La coupe se fait avec un outil super tranchant type cutter ou Xacto à lame neuve. Celle-ci est à passer dans un peu de White Spirit, lequel facilite la coupe de la colle du Flite Metal.

 

-         Ensuite, il convient d’enlever le scotch et de réitérer l’opération… des centaines de fois pour un avion complet ! Eh oui, on n’a rien sans rien !

 Ajoutons que ce revêtement se marque plutôt facilement et qu’il sera préférable d’intercaler entre le plan de travail et le modèle, un matériau isolant comme par exemple une couverture.

 

final_avion_flite_metal

Le Flite Metal est un revêtement exigeant. Il représente un investissement et nécessite un état de surface irréprochable. La pose elle-même peut donner un peu de fil à retordre lorsque l’on s’aventure sur des surfaces non développables.

 

C’est le coût à payer pour une finition réellement réaliste. En revanche, le rapport masse rajoutée et résultat final obtenu n’a, à mon avis, pas d’équivalent. C’est à ce jour ce que j’ai vu de plus réaliste. Le Flite Metal est… un must en la matière ! 

 

 

 

 

 

 

 

Article complet MRA N° 820 / Acheter N° MRA

 

 

Roger Kaci 1| 14 Avril 2011

Copyright 2010 Rigel Editions : Mentions Légales cliquez ici